Menu
450-314-1751

ARTICLES ET MÉDIAS

Entrevue de recrutement, gare à la séduction ?

03 octobre 2018| Valérie Spitzer, recruteur et collaboratrice de Jessica Joyal.

Votre CV et votre lettre de motivation ont réussi à attirer un employeur potentiel. Voici venu le temps de l’entretien de recrutement! Nous avons tous vécu l’excitation et le stress générés par une entrevue d’embauche. Certains iront chez le coiffeur ou s’achèteront de nouveaux vêtements et généralement, la plupart d’entre nous « oublieront » de parler de nos points faibles! On veut s’exposer sous le meilleur jour, ce qui est bien naturel mais jusqu’où peut-on aller ? Est-ce une bonne idée de s’inventer un personnage et de jouer à quelqu’un qu’on n’est pas ? Alors, séduire, oui!... mais, jusqu’à quel point ?

 

la_seduction_en_entrevue.pngSoigner son apparence physique.Une tenue négligée. En tant que recruteur, j’ai déjà rencontré des candidats qui avaient une tenue vestimentaire inadéquate, une apparence négligée etc. Et c’est vrai que le message qu’ils envoient est peu attirant : « Je n’ai fait aucun effort pour cette rencontre ». Difficile, dans ce cas, de ne pas être influencé négativement. En tant que postulant, vous devez donc soigner votre présentation.

 

Informez vous auprès de votre chasseur de tête ou recruteur. Si vous passez par un intermédiaire (agence de placement, chasseur de têtes), informez vous auprès de lui sur la tenue vestimentaire à adopter pour l’entrevue, lui-même se sera renseigné auprès de son client et cela peut éviter de commettre un impair.

 

La beauté, un critère de discrimination ?

Oui, malheureusement. Selon un sondage mené par l’Ifop, un des premiers motifs de discrimination est l’apparence. Par exemple, une femme en surpoids a trois fois moins de chance d’être recrutée! De plus, on a toujours cette fâcheuse croyance qu’une belle personne est aussi plus brillante, plus intelligente etc.

 

Fait vécu : Voici l’exemple réel d’une très belle femme, qui est reçue en entrevue d’embauche par un directeur. Troublé par sa beauté, celui-ci se laisse distraire et est prêt à l’embaucher alors que tout son discours montre qu’elle n’est pas faite pour le poste. Il a fallu que le recruteur qui l’accompagnait le ramène à la raison et lui évite de faire une erreur de recrutement.

 

L’utilité des tests psychométriques. Si vous êtes comme ce directeur et avez du mal à rester neutre, les tests psychométriques peuvent vous aider, tel qu’indiqué dans un précédent article https://www.jessicajoyal.com/blog/les-temps-de-lentrevue- un test nous donne un portrait du candidat. Il permet de soulever certains points et d’inciter à un deuxième entretien afin de les valider.

 

Bref, en tant qu’employeur, essayer toujours d’être le plus impartial et authentique possible. Une personne séduisante ne signifie pas nécessairement une personne compétente. Se détacher de ses émotions n’est pas toujours facile mais cela s’acquiert et c’est essentiel lorsque l’on veut évaluer justement un candidat.

 

Attention danger : Vendeurs en vue!

Se méfier des manipulateurs. Un bon vendeur est souvent une personne qui maîtrise l’art de la séduction et, en tant que recruteur, je trouve que ce sont les personnes les plus difficiles à recruter. Ils n’ont pas leur pareil pour nous manipuler et se présenter sous leur meilleur jour!

 

Fait vécu. Il y a quelques années, je travaillais comme responsable ressources humaines au sein d’une entreprise internationale. Mes patrons et moi-même avons tous été bernés par un candidat qui postulait à une fonction de représentant senior. Charmant et brillant communicateur, il nous a menti sur toute la ligne et nous nous en sommes aperçus mais… trop tard, il était embauché! Nous avons donc dû le licencier quelques mois plus tard. Que de temps et d’argent gaspillé inutilement! Bien sûr, il ne faut pas généraliser, tous les vendeurs ne sont pas comme lui! Et nous pouvons aussi retrouver ces « bluffeurs » dans d’autres catégories de profession. Alors, il est important de rester alerte et de valider les informations que le candidat vous donne (diplôme, références d’anciens employeurs etc.).

 

Je jure de dire toute la Vérité, rien que la Vérité ?

Les employeurs apprécient l’honnêteté. Personne n’aime qu’on lui mente en pleine face! Il est donc inutile (et dangereux) de s’inventer une expérience qu’on n’a pas ou de se dire bilingue si on a du mal à soutenir une conversation de base en anglais! Vous serez vite démasqués.

 

Mentir sur son salaire ?

Il est risqué de mentir sur son salaire (même si beaucoup le font). Il est assez fréquent de rencontrer un candidat qui nous communique le salaire qu’il dit percevoir… puis le client le rencontre et le candidat ne se souvient plus de ce qu’il nous a dit et il donne un autre chiffre!… Hum, pas toujours simple de se retrouver dans ses mensonges, le mieux est donc de ne pas mentir du tout!

 

« On me demande de parler d’un de mes échecs ». Il est naturel de chercher à se valoriser et de se dépeindre sous un jour positif. Personne n’aime les perdants. Toutefois, si on vous demande de parler d’un de vos échecs, ne faites pas exprès de choisir le pire! Prenez en un que vous avez été capable de surmonter. Ainsi, l’employeur ne retiendra pas l’échec mais bien plutôt votre détermination et votre capacité à surmonter les obstacles. Dire la vérité est essentiel mais l’excès d’honnêteté peut vous desservir.

 

L’employeur… séducteur ?

Un employeur a-t-il intérêt à mentir ? On a parlé du candidat mais qu’en est-il de l’employeur ? Comme on le sait, les entreprises ont du mal à trouver une main d’œuvre qualifiée. En période de plein emploi, l’employeur peut donc vouloir impressionner le candidat et enjoliver une situation qui ne correspond pas à la réalité. C’est rarement une bonne idée car le postulant s’en apercevra bien vite.

 

Dois je dire que je suis un patron colérique ? Tout récemment, un candidat a accepté un poste où ses deux futurs patrons sont en couple. Lors de l’entrevue, ils ont joué franc jeu et lui ont confié qu’ils s’exprimaient tous deux de façon très directe et que cela entraînait souvent des discussions…animées! Il est en poste depuis quelques semaines et il s’en est rendu compte bien vite. Si cela n’avait pas été dit en entrevue et que notre candidat était très sensible à l’ambiance de travail et aux tensions relationnelles, cela aurait pu représenter une grosse déconvenue.

 

Bref, la séduction à petites doses, c’est bien mais la transparence, c’est mieux! Ainsi, la plupart du temps, il est préférable de jouer carte sur table et de s’éviter bien des désillusions de part et d’autre…

PARTAGER CET ARTICLE :

Ajouter un commentaire

Nom*

Courriel*

Message