Menu
450-314-1751

ARTICLES ET MÉDIAS

Réinventer sa vie à 50 ans : Danièle Henkel assume ses erreurs

20 mars 2017

Dans la cinquantaine, émerge souvent une envie de partager les connaissances acquises au cours des décennies précédentes, indique Jessica Joyal

Les pistes pour se réinventer à 50 ans

1- On pense à soi

« Avec les enfants qui sont devenus autonomes et la carrière qui se stabilise, plusieurs femmes dans la cinquantaine se retrouvent devant un vide, explique la Dre Léonard. Pour injecter un peu de sang neuf dans notre vie, on peut se diriger vers des projets plus près de nos valeurs, de nos rêves fous, de nos passions oubliées. »

 

2- On retrouve nos premiers amours

« Après avoir exercé des fonctions dans un poste de haut dirigeant pendant quelques années, certaines personnes réalisent qu’elles ont perdu ce qu’elles aimaient le plus de leur travail, explique Jessica Joyal. Ce n’est pas tout le monde qui carbure aux responsabilités ou à la supervision de personnel, par exemple. Certains préfèrent les ventes, la création, la gestion de projets... Dans la cinquantaine, on a suffisamment de recul et d’humilité pour admettre que des postes, bien que plus hauts ou prestigieux, ne nous conviennent pas. Ce n’est pas une question de talent ou de compétences, mais bien de personnalité. »

 

3- On voyage léger

« Le ressentiment, les petites rancunes, les blessures passées... Tous ces bagages alourdissent notre quotidien sans rien changer, assure Nicole Bordeleau. Il est temps de tourner la page, ce qui ne signifie pas se résigner ou baisser les bras. Quand on pense au pardon, on pense automatiquement à ceux qui nous ont causé du tort, mais rarement à ceux que nous avons blessés... Avec le temps, on réalise qu’on a fait ce qu’on pouvait avec les outils disponibles, et que les autres ont sans doute fait la même chose pour nous. On devient plus indulgent, envers soi-même comme envers les autres. »

 

4- On participe à un programme de mentorat

« Dans la cinquantaine émerge souvent une envie de partager les connaissances acquises au cours des décennies précédentes, indique Jessica Joyal. On devient alors une valeur ajoutée inestimable pour l’organisation. Je vois souvent des gestionnaires de grandes multinationales qui, après avoir pu profiter des meilleures formations, souhaitent maintenant transférer leur savoir en coachant de jeunes entrepreneurs. »

 

Vous pouvez lire l’entrevue complète ici

 

PARTAGER CET ARTICLE :

Ajouter un commentaire

Nom*

Courriel*

Message