Menu
450-314-1751

ARTICLES ET MÉDIAS

La reconnaissance, un puissant levier de productivité

27 avril 2015| Valérie Spitzer

Savez-vous que le mot travail vient du latin « tripalium » qui signifie « instrument de torture » ! Pas très encourageant ... Effectivement, certains d’entre nous vont au travail, le pas lourd, en ayant l’impression d’accomplir une corvée pénible. D’autres partent le cœur léger, heureux à l’idée de retrouver leurs collègues et même leur patron ! La différence ? Il y en a bien sûr plusieurs mais l’une d’entre elles réside en une action simple, que la plupart des gestionnaires ne font pas assez : LA RECONNAISSANCE !

 

Loin d’être un luxe, la reconnaissance apparaît donc comme un besoin fondamental, à consommer sans modération ! Être reconnu nous aide à nous sentir utile au travail, il augmente notre estime de soi, il nous motive et il contribue à créer un climat de travail agréable pour tous. Il nous encourage, il développe notre sentiment d’appartenance et nous stimule à aller plus loin. Comme l’indique une des enquêtes réalisées par l’IRB (www.indicedebonheur.com), la reconnaissance fait partie des cinq facteurs les plus importants par rapport à un emploi.

 

Contrairement aux idées reçues, Alain Desgagné CRIA, dans un article publié dans le journal des Affaires le 31 août 2006, nous rappelle que « Ce ne sont pas les incitatifs pécuniaires qui fidélisent le plus les employés. Il est nécessaire d’établir une véritable culture de reconnaissance dans l’entreprise. Culture qui se manifeste au quotidien, par des paroles ou des gestes spontanés ».

 

Le besoin de reconnaissance s’étend bien sûr à toutes les sphères de notre vie. Nous-mêmes, en tant que chasseurs de têtes, nous apprécions beaucoup ces petits gestes ou paroles par lesquels les candidats expriment leur gratitude. Ainsi quel bonheur d’avoir reçu des fleurs de cette candidate qui n’a finalement pas eu le poste mais qui a voulu nous remercier de notre professionnalisme et de notre accompagnement personnalisé. En revanche, nous sommes, à l’occasion, confrontés au manque de reconnaissance des candidats. Un exemple : un candidat qui vient de trouver, grâce à nous, l’emploi de ses rêves. Nous avons négocié âprement avec le client pour qu’il ait le salaire demandé, et même plus (voiture, billets de hockey, paiement des études privées des enfants etc.). Nous aimerions tellement alors un merci de sa part. Oui, bien sûr, nous sommes payés par le client mais il est aussi tellement valorisant d’avoir la gratitude de celui qu’on a aidé à avancer dans sa carrière ! Par chance, c’est ce qui arrive le plus souvent et c’est ce qui rend notre travail si passionnant.

 

Alors, concrètement, si on se mettait à la place de l’autre plus souvent et qu’on s’engageait à mettre en place des actions pour le motiver et lui montrer notre estime ? Voici quelques idées, provenant de l’article intitulé « 101 façons de reconnaître », sur le site www.cgsst.com.

 

  • Offrir une carte ou un gâteau à un collègue de travail ;
  • Faire un commentaire positif à son patron sur ses compétences professionnelles (eh oui, lui aussi, a besoin d’être reconnu…) ;
  • Acheter des fleurs ;
  • Offrir du chocolat à un collègue qui a obtenu une promotion ;
  • Accueillir avec un sourire la personne qui se présente à son bureau ;
  • Autour d’un café, souligner les réussites de son équipe de travail ;
  • Écrire une petite note à un collègue pour souligner la qualité de son travail ;
  • Donner aux employés la possibilité de venir nous rencontrer ;
  • Souligner, par une activité sportive, la fin d’une période intense de travail.

 

A vous d’utiliser votre créativité et d’en trouver d’autres…

 

Donner (sans attente) permet souvent de recevoir plus abondamment encore. Alors, devenez des champions de la reconnaissance et n’attendez pas l’évaluation annuelle pour exprimer le bien que vous pensez de votre employé !

 

Certains propos sont tirés de « la reconnaissance au travail » de Brun, Jean-Pierre et autres.

PARTAGER CET ARTICLE :

Ajouter un commentaire

Nom*

Courriel*

Message